Forum RPG Yuri / NC-16
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Car si la vie n'a qu'une seule fin, elle a de nombreux débuts! [PV Jodie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joy Nebel
•◦ Fraîchement Arrivée ◦•
avatar

Genre IRL :
  • Féminin

Age : 28
Messages : 39

Identité
Age: 27 ans
Origine: Française
Métier: Réceptionniste

MessageSujet: Car si la vie n'a qu'une seule fin, elle a de nombreux débuts! [PV Jodie]   Ven 9 Sep 2016 - 19:53

Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître.De s'en défaire, de s'en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N'attendez pas que l'on vous rende quelque chose, n'attendez pas que l'on comprenne votre amour. Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui précède n'a plus sa place dans votre vie.
Faites le ménage, secouez la Poussière, fermez la porte, changez de disque. Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes. (Paulo Coelho, Le Zahir)



________________________________________________________________________________



J’étais en train d’accueillir mon dernier client, mais ça, je ne le savais pas. Je lui tendais son badge et le laisser partir, son parfum était resté dans son sillage et je me disais que ça devait être à base de néroli. C’est une odeur que j’aime beaucoup. Je m’étais dis ça, et ça m’avait rappelé celui que ma mère m’avait offert. Je ne l’avais pas contacté depuis longtemps sans que ça ne m’atteigne. Et ça m’avait frappé, de me rendre compte de cette distance à mes sentiments. J’avais senti la fêlure à mon coeur croître et l’instant d’après j’étais là, devant ce portail… J’étais restée bouche bée, et des larmes avaient peut-être couler sur mes joues, sans que je ne m’en rende compte. Je voyais bien que ce n’était pas normal! Je n’avais rien à faire ici! Je devenais folle, oui, la solitude m’avait rendue folle! J’allais et venais de long en large face à ce portail immense.

“Bon, reprend toi Nebel, ce n’est pas ce que tu crois… Mais qu’est ce que tu crois? Tu as été débarquée sur une autre planète? Non. Le même soleil, les mêmes nuages, la bonne gravité, enfin, je crois. Être shootée aux anxiolytiques dans un asile? Je n’en prend pas! Et je ne suis pas assez folle pour être internée. Une autre dimension? Impossible. Non, c’est que je dois rêver! Oui, voilà, un rêve, tout va bien, respire…”

C’était normal de parler toute seule dans un rêve, non? Je regardais tout autours de moi, puis me fixais sur l’allée, longue et à l’apparence avenante. Je continuerais par là. Pour un rêve, les sensations étaient très réalistes. Comme à mon habitude, lorsque quelque chose me dérangeait, je le mis de côté. C’était comme ça que j’avais fini par vivre en spectatrice de ma propre vie. Le temps était clément, malgré les nuages qui menaçaient de crever. Je me gavais des couleurs du paysage environnant, et je finis par apercevoir un bâtiment au loin. La pluie commençait à tomber, et l’instant d’après, j’étais trempée. Heureusement que dans ce rêve je n’avais pas ma besace! Je n’écrivais qu’à l’encre et l’eau l’aurait délavée. Il n’empêche que je commençais à avoir froid. Une partie de moi inconsciente nota que je ne devrais pas avoir fois, si j’étais dans un rêve, mais l’autre part, réveillée et raisonnable, ne lui laissa pas la parole.

J’arrivais enfin face à la bâtisse. Elle m'impressionnait un peu. Je posais ma main sur la porte et le clapotement de l’eau dans la rigole... s’insinuait en moi comme le doute. Etait-ce vraiment un rêve? Je chancelais un instant et un sourire naquit à mes rêves. Je décidais de repousser l’ombre. Je m’adossais contre le mur attenant à l’entrée du bâtiment inconnu et balayais le regard autour de moi. Rêve ou pas, c’était calme et j’étais à nouveau seule. Je soupirais, mais, là, du coup de l’oeil, quelque chose me fit sursauter! J’avais vu une ombre, je revenais rapidement sur mes pas, presque en courant, et finis par me perdre. L’incongruité de la situation eut un drôle d’effet sur moi: j’explosais de rire, jusqu’aux larmes. J’avais l’impression d’être dans un livre ou l’aventure commençait seulement!

Des arbres, tout autours de moi. Une forêt profonde et si belle... oui, je ne pouvais être autre part que dans un rêve. Tout comme l'ombre que j'avais vu. Tout comme ce que je vivais en ce moment. Avisant un arbre au sol, servant désormais de support à de la mousse, je m'installais dessus, essoufflée par cette quinte de rire qui m'avait pris. Un Rêve, ou pas? La pluie s'était calmée, et ce n'était plus qu'une timide brume. Je soupirais, j'adorais ce temps.





● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


Revenir en haut Aller en bas
Jodie Shepard
En Cours de Familiarisation
avatar

Genre IRL :
  • Féminin

Age : 21
Messages : 51

Identité
Age: 22 ans
Origine: Australienne
Métier: Mécanicienne

MessageSujet: Re: Car si la vie n'a qu'une seule fin, elle a de nombreux débuts! [PV Jodie]   Ven 9 Sep 2016 - 22:53

Qui a dit que le mauvais temps empêchait de sortir ? Qu'il ne fallait en aucun cas être mouillé, sous peine d'attraper un rhume ou une autre idiotie de ce genre ? Des imbéciles, sans doute. Jodie se fichait pas mal de ce pouvait penser la majorité. Malgré les nuages gris et la menace de précipitations, elle avait tout de même voulu mettre les pieds dehors afin de faire son footing habituel. De toute la journée, elle n'avait malheureusement pas trouvé le temps de le faire. Étrangement, son garage avait été envahi de demandes diverses et variées à tel point qu'elle n'avait pas vu le temps passer, et qu'elle était rentrée il y avait seulement une demi-heure. A croire que toutes les habitantes avaient décidé de venir la voir ce jour précis. Parfois, il y avait des choses qu'elle ne comprenait vraiment pas sur le hasard, ou même le comportement humain. Soit elles s'étaient bel et bien concertées, ce qui serait d'autant plus bizarre, soit ça n'avait été qu'une question de chance. Et même si tout cela l'avait partiellement épuisée, elle avait toujours de l'énergie à revendre, encore plus lorsque cela nécessitait de courir. Ce n’était même pas une activité épuisante en soi mais plutôt revigorante. Un moyen pour elle de recharger ses batteries, de se purifier. Et la pluie n'allait certainement pas l'en empêcher.

La voilà dans les bois, progressant aisément entre les arbres malgré l'espace restreint. Elle aimait bien zigzaguer de cette façon, s'imaginant en plein jeu vidéo, cherchant à échapper à ses assaillants ou même partant pour délivrer le monde du mal. Affreusement cliché n'est-ce pas ? Pourtant elle se plaisait à laisser ses pensées vagabonder alors qu'elle se laissait porter par son souffle, le vent et la force de ses jambes. Quelques gouttes commencèrent à tomber, la faisant ralentir sa course et enfiler sa capuche pour tenter de garder ses cheveux au sec. Avant la brise qui lui fouettait le visage, c'était inutile puisque la pluie viendrait s'écraser sur sa peau, s'insinuant un peu partout. Mais tant pis, son gilet n'était pas fait pour résister aux précipitations et cela n'allait certainement pas l'arrêter.

Prête à continuer de courir pendant au moins une bonne heure, elle s'arrêta néanmoins lorsqu'elle entendit un son auquel elle ne s'y attendait pas. Un rire ? Ou alors elle avait tout simplement rêvé. Ses pieds s'enfonçant dans la terre mouillée au milieu des racines, elle reprenait tranquillement son souffle tout en tendant l'oreille, cherchant à percevoir de nouveau le bruit. C'était léger, certes, mais elle entendait bel et bien quelqu'un rire. Droit devant elle apparemment. Levant la tête, elle remarqua que la pluie s'était calmée, laissant derrière elle une petit brume planer entre la végétation. Cela offrait une drôle d'ambiance au lieu, que l'australienne n'avait pas l'habitude de voir ça. Et le rire n'arrangerait rien à tout ça. Mais elle s'imaginait des histoires, comme à chaque fois. Déterminée à trouver l'origine du bruit, surtout pour se rassurer, la mécanicienne reprit sa marche, à pas lents cette fois-ci, jusqu'à ce qu'elle puisse distinguer une silhouette entre les arbres. Une jeune femme blonde apparemment, qui s'était assise sur un arbre affaissé contre la mousse. En s'avançant vers elle, elle fit autant de bruit que possible afin de prévenir de sa présence avant d'ouvrir la bouche une fois qu'elle fut assez près d'elle.

« Hm bonjour... C'est vous que j'ai entendu rire ? Tout va bien ? »

Peut-être était-elle perdue. Peu de filles s'aventuraient dans les bois, surtout par mauvais temps. Elles préféraient rester en ville, en sécurité selon certaines. Cette drôle de rencontre changeait drastiquement ses plans mais ce n'était pas plus mal. Après tout, les rencontres n'étaient pas forcément mauvaises, si ? Observant un peu plus la blonde, l'australienne remarqua qu'elle était trempée, de la tête aux pieds. A croire qu'elle n'était pas la seule à ne pas se préoccuper de la pluie.

« La pluie ne semble pas vous faire peur, c'est rare de croiser quelqu'un ici. »

La forêt la rendait peut-être plus bavarde que d'habitude. Après tout, elle se sentait bien ici et à son sens, quiconque venait se recueillir ici méritait son attention. Après, ce n'était pas forcément le cas de l'inconnue mais elle ne semblait pas mauvaise, plutôt hm... A l'ouest ? Elle ne l'avait jamais vu d'ailleurs. Elle ne connaissait pas toutes les habitantes, évidemment, mais les mêmes visages lui revenaient très souvent. Si ça se trouvait, elle venait tout juste d’atterrir ici.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Joy Nebel
•◦ Fraîchement Arrivée ◦•
avatar

Genre IRL :
  • Féminin

Age : 28
Messages : 39

Identité
Age: 27 ans
Origine: Française
Métier: Réceptionniste

MessageSujet: Re: Car si la vie n'a qu'une seule fin, elle a de nombreux débuts! [PV Jodie]   Lun 12 Sep 2016 - 21:49

“Eau trouble ne fait pas de miroir.”



________________________________________________________________________________


Je l'entendis avant de la voir et mon regard se porta automatiquement vers les bruits de brindilles qui craquées. Je replaçais maladroitement une mèche de mes cheveux derrières mon oreille alors que mon cœur battait fort à ma poitrine. Une jeune femme apparue, brune et d'allure sportive. D'ailleurs peut-être était-ce ce qu'elle faisait, lorsqu'elle m'avait, apparemment, entendu rire. Je rougis vivement puis me repris et me redressait, sans glisser sur les feuilles humides car bien chaussée. Je toussais doucement, histoire de masquer ma gène. Et de retenir un nouvel éclat de rire! Qui a dit que c'était pratique, de rire quand on stresse? Je gouttais presque autant que le ciel, avec ce qui m'était tombée dessus et le froid qui me prenait confirmer ma peur: je n'étais pas dans un rêve. Un tas de questions fusées, et je les écartais les unes après les autres. Quand un problème ne trouve pas une solution, s'y fixait ne servait qu'à s'inquiéter de plus. Et puis, je n'étais pas seule. Et on m'avait parlé. J'acquiesçais à sa première question, puis, comprenant qu'il s'agissait de conversation, je répondais:

"Oui... je me suis perdue et... Je vais bien. Je ne sais juste pas où j'ai atterri. Alors j'ai suivi mon instinct et me suis retrouvée ici. C'est très jolie. La pluie m'a surprise, mais elle est agréablement réelle... Vous non-plus, vous n'avez pas l'air de craindre l'eau. Et s'il est rare de croiser des personnes ici, je dois alors être heureuse de vous rencontrer. Pourriez-vous me dire... Ce qu'il s'est passé..? J'étais au travail et... Et..."

Je me laissais retomber sur mon siège végétal, prenant à chaque instant plus conscience de ma situation. Je cachais mon visage dans mes mains et ris à nouveau, de plus en plus nerveuse. Je murmurais de manière presque inaudible:

"Je ne suis pas folle..."

Je relevais les yeux vers elle et la dévisageais, intriguée. Au moins, ici, il y avait une forêt. Je ne voyais pour le moment, en plus de l'aide bénie de cette inconnue, que ça de bon. Je mordillais mes lèvres et décidais de faire les choses proprement. Aussi, j'ajoutais, d'une voix un peu plus forte et que je voulais plus assurée:

"Je suis Nebel. Je suis passée par un grand portail mais... Je croyais que c'était un rêve! Mais ce n'en n'est pas un, n'est-ce pas? "

Je restais à la contempler, ainsi, avec l'air aussi perdue que je l'étais, mais sans me départir du côté agréable que j'avais, je détestais me montrer désagréable ou autre, on n'avait pas à sentir ma frustration. Surtout quand on se montre aussi ... Douce? Oui. Alors je lui offris mon plus beau sourire, bien que toujours aussi... penaude. Je me sentais démunie, là, semblant à l'autre bout du monde, car je ne reconnaissais rien. Alors j'attendais ses réponses comme autant de mains qui pourraient se tendre et m'empêcher de couler.





● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


Revenir en haut Aller en bas
Jodie Shepard
En Cours de Familiarisation
avatar

Genre IRL :
  • Féminin

Age : 21
Messages : 51

Identité
Age: 22 ans
Origine: Australienne
Métier: Mécanicienne

MessageSujet: Re: Car si la vie n'a qu'une seule fin, elle a de nombreux débuts! [PV Jodie]   Mer 21 Sep 2016 - 23:41

HRP:
 

Lorsque l'inconnue posa les yeux sur elle, ce fut simplement une expression indéchiffrable qu'elle découvrit dans son regard. Un mélange d'émotion, peut-être ? Ses traits restaient simplement figés, neutres, les yeux néanmoins grands ouverts lui donnant presque l'air d'être folle. Mais c'était sans doute son imagination qui lui jouait des tours, la brume ne l'aidant pas vraiment à distinguer les choses clairement. Elle continuait de les entourer, cherchant sans doute à les happer dans un univers lointain, donnant presque la chaire de poule à la jeune australienne. Il fallait vraiment qu'elle arrête avec ses films à suspens et autres choses glauques. La blonde se lança alors dans des explications, hésitant sur ses mots, preuve qu'elle ne devait pas être rassurée. Mais rapidement, ses mots s'évanouirent entre les arbres et elle se laissa retomber sur le siège mousseux qu'elle avait trouvé, riant de nouveau. Interloquée, Jodie haussa un sourcil, commençant sérieusement à se demander si cette fille n'était pas tout simplement folle. Elle avait beau dire le contraire, son attitude laissait penser tout l'inverse. Mais bon, les fous sont généralement difficiles à identifier, non ? Là c'était peut-être trop facile. Vu son semblant d'explication, quelque chose était arrivée et la panique s'emparait sans doute d'elle. A ce stade là, on devenait tous un peu fou.

Relevant de nouveau la tête vers la jeune brune, l'inconnue se présenta, avec un timbre de voix plus assuré que précédemment. Et le fait qu'elle parle du portail lui mit immédiatement la puce à l'oreille. En réalité, elle venait tout juste d'arriver. Elle se retrouvait propulsée dans ce monde totalement inconnu, sans rien comprendre à ce qui se passait à tel point qu'elle se retrouvait à errer dans la forêt aux alentours. Jodie ne pouvait que comprendre ce qu'elle ressentait à cet instant. Elle avait beau vivre à Etiopia depuis un certain temps à présent, parfois, elle ressentait toujours cette drôle de sensation. Cette panique qui se mêlait à l'incompréhension, le fait de se sentir totalement étrangère à ce monde et surtout que l'on lui avait arraché toute une vie, de la famille, des amis. A son arrivée ici, elle avait été perdu puis en colère, vraiment en colère. Qui pouvait bien juger de ce qui était bon pour elle ? Elle était la seule maîtresses de son destin après tout, personne n'avait droit sur sa vie. Et pourtant, on lui avait prouvé le contraire en l'envoyant ici, dans le but de « refaire sa vie ». Ce n'était qu'une vaste blague. Rien n'avait changé. Elle n'avait pas changé.

Mais elle arrêta de penser, préférant se concentrer sur la dénommée Nebel. Après tout, c'était elle qui était la plus perdue des deux et elle se devait de l'aider, quand même. Comment se qualifier de bonne personne sinon ? Et puis, cela rajouterait un exploit à son maigre tableau.

« Déjà, respirez un bon coup, il n'y a rien à craindre ici débuta-t-elle en s'approchant d'elle. Vous êtes désorientées et c'est bien normal, tout le monde ici est passé par là. »

Tu parles de bonnes explications. Comment arriverait-elle à comprendre quelque chose avec ce charabia, ou même à se rassurer ? Jodie, t'es vraiment nulle. La mécanicienne s’accroupit près d'elle, observant son visage d'un autre point de vue avant de reprendre la parole.

« Ça va sûrement vous paraître totalement dingue mais vous n'êtes plus sur Terre. Nous sommes dans une sorte de monde parallèle que l'on appelle Eden et créée par des genres de Déesses. Chaque jour il y a des femmes, comme vous, qui passent le fameux portail parce que ces « Déesses » ont voulu leur accorder une seconde chance, une nouvelle vie, faire ce qu'elles souhaitent faire blablabla. Et c'est ce qui vous arrive, en gros. »

Comment ne pas faire plus cynique, hein ? Et dire qu'elle voulait rassurer la blonde... Avec tout ça, elle en était bien loin du compte. Néanmoins, c'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait pas parler de tout ça sans montrer une certaine exaspération, voire même du mépris pour une telle situation. Toujours des émotions incontrôlables. Ainsi, elle afficha un sourire désolé à l'encontre de son vis-à-vis. C'était le moment de rattraper un peu sa connerie.

« Vous avez le droit de dire que je suis folle rigola-t-elle. Mais je peux vous montrer si vous voulez, afin d'avoir la vérité juste sous vos yeux. Et puis, ce monde n'est pas si mal ajouta-t-elle en haussant les épaules. »

Elle essayait de la jouer avec un peu plus de légèreté cette fois-ci, afin de pouvoir la calmer. Restait à voir comment elle allait diriger tout ça. Allait-elle tout nier en bloc ou accepter son nouveau destin avec facilité ? Jodie en connaissait, des filles pour qui un tel changement n'avait fait ni chaud ni froid. Comme si leur vie d'avant n'importait peu. Elle ne connaissait pas leur passé mais elle trouvait tout de même cela triste. C'était tout de même plusieurs années qui s'envolaient tels de misérables grains de poussière. Nebel voyait-elle les choses autrement ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.fanfiction.net/u/4661640/
 
Car si la vie n'a qu'une seule fin, elle a de nombreux débuts! [PV Jodie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Mistè ti nèg: 3 lanmo sispèk nan Laboule
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri-Etiopia, un village pour jeune fille, un petit coin de paradis. :: La Campagne :: La Forêt-
Sauter vers: