Forum RPG Yuri / NC-16
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Roman] C'est moi qui éteins les lumières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayako Tsubasa
Âme qui Rode ☂
avatar

Age : 27
Messages : 96

Identité
Age: 17 ans
Origine: Japonaise
Métier: Lycéenne/couturière :)

MessageSujet: [Roman] C'est moi qui éteins les lumières   Mer 19 Mar 2014 - 23:50

Un très chouette roman que je viens de terminer, dont le contenu n'a pas vraiment ou même pas de tout de rapport avec la culture lesbienne mais qui propose un portrait de femme à la première personne vraiment bouleversant, dans lequel on peut par bien des aspects se reconnaître (enfin c'est du moins l'impression que j'ai eue) ^^ Je crois que c'est le premier message dans cette partie du forum, donc j'espère que vous ferez preuve d'indulgence, hein :)



Titre original:
C'est moi qui éteins les lumières ("Cheragh-ha ra man khamush mikonam" en persan)

Le genre:
Quelques mois de la vie d'une femme (roman)

L'auteur:
Zoyâ Pirzâd
Résumé:
Dans le quartier arménien de la ville d'Abadan dans le sud de l'Iran, Clarisse, mariée depuis près de quinze ans à un ingénieur qui travaille dans la raffinerie locale, assume son statut de femme au foyer et de mère de trois enfants avec une générosité et une sensibilité pleine de simplicité qui la rendent immédiatement attachante et indispensable à tous ceux qui la côtoient, alors qu'elle-même par caractère redouble de modestie et tente autant que possible de s'effacer face aux fortes personnalités qui composent sa famille. Aux prises avec un quotidien répétitif et sans surprise, elle voit un jour sa vie et celle de ses enfants bouleversée par l'arrivée de nouveaux voisins particulièrement mystérieux, une dame âgée, son fils et sa petite fille dont les manières tranchent avec les habitudes et les usages de la petite communauté...

Mon avis:
Une véritable féerie bricolée à partir de trois fois rien, lumineuse et à mille lieux de tous les stéréotypes des romans de ce genre, où l'on devine souvent tout ce qui va se passer dès les premières lignes. Avec ce livre dont le titre poétique contredit déjà la simplicité apparente de l'intrigue, on est presque toujours dans l'inattendu: l'action se déroule bien en Iran, conformément à la nationalité de l'auteur à la langue dans laquelle elle s'exprime, mais au coeur de la communauté arménienne, dont la vie n'a pour ainsi rien à voir avec ce que l'on pourrait en premier lieu imaginer au sujet de ce pays; tous les personnages, dont les rôles semblent à première vue nettement répartis par le conservatisme ambiant de cett société, en sortent constamment tant par leur manière d'être que par leurs actions; et leurs caractères, que l'on croit parfois clairement défini - le mari inattentif et absent, l'adolescent amoureux et rebelle, etc... - révèlent à tout instant des facettes cachées qui viennent remettre en cause l'idée que l'on s'en était fait, et tout ceci moins pour montrer qu'il ne faut jamais se fier aux apparences, que pour parler de l'espoir qui traverse tout à chacun quelque soit sa vie ou sa situation, espoir de voir son existence se réaliser pleinement, même si on ne sait pas trop comment cela doit se faire. Clarisse, merveilleux personnage de femme approchant de la quarantaine, qui cherche à tout prix à bien faire et à entourer au mieux ceux qu'elle aime sans renoncer à ses rêveries, devient presque malgré elle l'emblème vivant de cet espoir, dans sa cuisine pleine de fleurs où débarquent sans cesse d'inattendus et souvent importuns invités, qu'il faut encore nourrir après s'être occupé des mille et un soucis des enfants et de la maison. C'est elle qui raconte l'histoire à la première personne, et il est vraiment difficile de ne pas tomber sous le charme de son extraordinaire liberté intérieure, qui transforme un quotidien à première vue banal et même parfois repoussant en une formidable aventure individuelle, pouvant à tout moment s'ouvrir sur des actes ou des décisions véritablement héroïques. Tout cela dans un langage très direct et accessible, avec une traduction formidable qui explique en moins d'une page à la fin du livre tous les termes locaux, en un mot cela vaut vraiment le coup de s'y plonger, on en ressort le cœur léger :)



● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Revenir en haut Aller en bas
 
[Roman] C'est moi qui éteins les lumières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Premier Roman (début)
» Pub pour mon roman ^^
» Igor le chat, roman jeunesse
» Roman policier Alice de Caroline Quine
» [COLIS] Roman - Amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri-Etiopia, un village pour jeune fille, un petit coin de paradis. :: Hors Role Play :: Espace Membres :: Section Livres-
Sauter vers: